Articles

Huile essentielle de Copaïba

Copaïba est le nom donné par les indiens d'Amazonie au copayer. On le trouve au nord-ouest de l'Amazonie, où il est utilisé par les tribus indigènes pour stopper le saignement, dans le traitement des dermatoses, des maladies vénériennes et pour apaiser les inflammations en général. Il est également indiqué pour des troubles divers, tels que problèmes respiratoires, urinaires et cutanés, selon la médecine populaire brésilienne.

Copaiba

Nom latin: Copaifera officinalis

Famille botanique: Fabacées

Partie distillée: Résine

Cette huile essentielle est composée à 90% de sesquiterpènes, famille biochimique connue pour ses effets: anti-allergiques, anti-inflammatoires, sédatif-antalgiques, activateurs veineux et lymphatiques, hypotenseurs, immunostimmulants et anti-septiques. Point positif: cette famille biochimique ne comporte aucune contre-indication d'utilisation (attention toutefois aux enfants en bas âge).

Baume de copaiba 100 naturel guayapi 50ml 4903

 

Son odeur très légère (on ne sent presque rien) la rend facile d'usage avec les animaux les plus sensibles, qui sont parfois réticents à l'approche d'une huile essentielle. Le Dr. Melissa Shelton (vétérinaire américaine) l'utilise d'ailleurs dans de très nombreuses affections dans sa pratique vétérinaire en remplacement (ou complément) des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). Elle en conseille également l'emploi lors de différentes affections: arthrite, ulcère gastrique, problèmes de peau, inflammation, problèmes gastro-intestinaux, douleurs, cystite, incontinence urinaire, problèmes urinaires, et bien d'autres encore. Le Copaïba peut être employé dans toute affection présentant un caractère inflammatoire.

 

Conseils d'utilisation:

Bien que cette huile soit très bien tolérée de manière générale, et sans contre-indication particulière, il est primordial de ne jamais forcer une application par voie orale, cutanée ou inhalation à l'animal. Lorsque vous souhaitez utiliser cette huile essentielle sur votre animal (chien ou chat), présentez le flacon d'huile essentielle ouvert, à env. 20cm de son nez, mais avec encore le bouchon sur le flacon, et observez la réaction de l'animal. S'il n'y a aucun intérêt, ce n'est pas le remède qu'il lui faut. S'il s'approche et renifle, ouvrez le bouchon. Votre animal pourra ensuite choisir le mode d'application. Le plus fréquent chez les chats (mais aussi de nombreux chiens): voie olfactive uniquement.

Si votre animal veut lécher le flacon, il y a de fortes chances qu'il demande une application par voie orale. Diluez 1 goutte d'huile essentielle dans 15ml (1 c. à soupe) d'huile végétale (tournesol, olive, colza, etc) pour un animal de moins de 20kg, 1 goutte d'huile essentielle dans 5ml (1 c à café) d'huile végétale pour un animal de plus de 20kg. Pour les chevaux, 1 goutte par tranche de 90kg dans de l'eau (dans un seau par exemple). Observez votre animal, et s'il lèche avec beaucoup d'entrain, vous pouvez graduellement augmenter la concentration en rajoutant une goutte supplémentaire d'huile essentielle par jour. Ces quantités sont données à titre indicatif; certains animaux en voudront plus, et d'autres moins (dans ce cas, augmentez la dilution en rajoutant de l'huile vétégale). L'animal étant libre d'ingérer la quantité qu'il souhaite, il n'y a pas de risque de sur-dosage. Par mesure de précaution, je recommande de limiter la quantité à 5ml d'huile (végétale incluant l'huile essentielle) pour les petits chiens (2ml pour les races naines) et à 15ml d'huile pour les grands chiens, réparties en 2 prises par jour.

Attention: pas d'application par voie orale pour les animaux souffrant de pancréatite.

Dans le cas d'une application par voie topique, appliquez-en pure sur votre main, et parcourez le corps de l'animal pour voir s'il en veut à un endroit en particulier. Vous pouvez appliquer aussi après dilution (voir ci-dessus).

N'appliquez jamais une huile essentielle sur votre animal s'il ne le souhaite pas; ne l'imposez pas non plus sur sa peau ou son pelage. De la même manière, n'en ajoutez pas dans son alimentation (manière de forcer l'application!). Votre animal sait ce dont il a besoin, alors faites-lui confiance, et vous ne risquez pas de lui nuire. En cas de doute, référez-vous à votre vétérinaire concernant l'utilisation d'une huile essentielle sur votre animal.

 

 

La zoopharmacognosie appliquée est une thérapie complémentaire et en aucun cas elle ne remplace les soins vétérinaires. Si la santé de votre chien vous inquiète, contactez votre cabinet vétérinaire.

 

Copyrights Animazen.fr 2017 - toute reproduction du texte, même partielle, est interdite.

Les problèmes de peau

Votre animal a le ventre rouge? Il se ronge les pattes? Il se gratte au sang? Présente des lésions purulente? Peu importe ces différences, elles ont toutes un point commun: elles sont douloureuses et dérangent fortement votre animal.

La première étape est de demander conseil à un vétérinaire afin de contrôler ces lésions, qu'il pose un diagnostique, et qu'il propose éventuellement des conseils thérapeutiques. Dans la majorité des cas, des soins locaux seront conseillés et appliqués. Votre animal sera soulagé, et sa peau cicatrisera.

Il arrive malheureusement que ces lésions soit persistent, soit réapparaissent après quelques jours ou quelques semaines. Un terme qu'on entend souvent dans ce genre de cas, c'est "allergie". Mais peut-on réellement parler d'allergie sans qu'un test approprié ait été fait chez un vétérinaire? Cela me semble relever de la science divinatoire!

Lorsqu'on travaille avec des thérapies complémentaires, on apprend rapidemment l'importance de maintenir un équilibre dans le corps ou homéostasie. Par un bon fonctionnement des organes internes, le corps est capable de lutter de manière optimale contre les agressions externes (pollution, bactéries, pollens, etc.) et garder une peau saine. Si cet équilibre ne peut être maintenu, par un affaiblissement du système immunitaire, des douleurs chroniques, ou un foie un peu trop "encrassé", le corps sonne l'alarme et cela passe bien souvent par la peau (pour rappel certains animaux, notament les chiens ne transpirent pas par la peau et l'élimination des toxines doit se faire autrement).

Chez le chien ou le chat, trois organes recontrent fréquemment des problèmes: l'estomac, le foie et les reins. L'estomac, chez les carnivores, est bien souvent mis à rude épreuve puisqu'il doit être capable de gérer des aliments divers et variés, parfois remplis de bactéries. Pour un organe sain, la gestion de tels aliments ne pose aucun problème; en revanche, lorsqu'il est fatigué, ou ne fonctionne par correctement, on va observer des faiblesses qui pourront se manifester par la peau ou par une baisse du système immunitaire. Notez que je parle de l'estomac, mais on pourrait étendre cette observation à tout le système digestif, puisqu'on observe de plus en plus fréquemment une hyper perméabilité intestinale chez les carnivores de compagnie. Selon certains expert, cette hyper perméabilité serait en lien avec l'équilibre de la flore intestinale, les micro-organismes qui vivent dans l'instestin et y maintiennent un juste équilibre de bonnes et de mauvaises bactéries, de levures , etc. Lors d'un déséquilibre causé par un certain nombre de facteurs  comme les antibiotiques, les corticoïdes, les vaccins, ou encore un régime alimentaire transformé, riche en glucides et en gluten, les muqueuses sont blessées et inflammées, causant un étirement ou un endommagement des tissus au point qu'ils ne sont plus capables de filtrer les grandes particules de nourriture, les bactéries et les toxines. Ces substances peuvent donc passer à travers la paroi intestinale et se diriger vers le flux sanguin et lymphatique; c'est qu'on appele alors l'hyperperméabitlié inestinale.

Nous vivons dans un environnement très pollué, et nos compagnons le subissent de la même manière que nous. Le foie est l'organe chargé du "nettoyage". Il ne filtre pas seulement le sang, mais fabrique également la bile et de nombreuses enzymes digestives qui sont essentielles à l'absoption de nutriments. En soutenant activement le foie et en assurant son bon fonctionnement, l'ingestion par le corps de toxines et d'allergènes peut être stoppée, limitant le risque de déséquilibre pouvant impliquer de l'arthrose, des calculs urinaires, des infections de la vessie, ou encore de l'eczéma. 

Les reins assurent l'élimination des déchets toxiques après filtration du sang, qui seront évacués dans l'urine. Vous imaginez donc aisément que lorsqu'ils ne peuvent plus fonctionner de manière optimale, l'élimination des déchets est compromise, et ces toxines vont être stockées dans le corps, créant un déséquilibre certain. En médecine chinoise, le méridien des reins parcours le corps sur la partie ventrale, longe les postérieurs sur la face interne pour se terminer sur les pattes. On peut donc aisément penser qu'un déséquilibre de cet organe, ou un blocage énergétique le long du méridien va causer un léchage excessif, un grattage ou encore des lésions cutanées (des boiteries ne sont pas à exclure). Les pathologies liées aux reins sont fréquentes chez le chat et ne doivent pas être prises à la légère. Un suivi médical par un vétérinaire, accompagné de thérapies complémentaires sont à même de rétablir l'équilibre et offrir à l'animal une qualité de vie optimale.

Les animaux n'ayant pas la parole, il nous est bien souvent difficile d'évaluer leur état de santé, autrement que d'attendre un signe physique évident (boiterie, problèmes de peau, etc). En revanche, une bonne observation de nos compagnons peuvent nous mettre la puce à l'oreille: un changement d'humeur, un léchage excessif d'une région, un problème de peau, un besoin d'avaler tout ce lui passe sous la main, des vomissements réguliers, etc. peuvent être l'expression de douleur ou d'un déséquilibre interne.

Dans un premier temps, la priorité est de supprimer cette gêne, de traiter localement une affection ou de supprimer la douleur. Dans un deuxième temps, une approche globale (ou holistique) va être nécessaire afin de trouver la cause ou l'origine du dysfonctionnement, de rétablir l'homéostasie dans le cors de l'animal afin d'éviter toute récidive. Les organes internes retrouvant leur bon fonctionnement, le corps pourra à nouveau lutter de manière optimale contre les agressions externes (pollution, bactéries, toxines, etc).

 

 

 

Les thérapies complémentaires ne remplacent en aucun cas les soins vétérinaires. Si la santé de votre chien vous inquiète, contactez votre cabinet vétérinaire.

 

 

Copyrights Animazen.fr 2016 - toute reproduction du texte, même partielle, est interdite.